Jun 042013
 

Beaucoup de personne pense principalement à l‘Ardéchoise lorsque l’on parle de cyclo en Ardèche, mais il en existe 2 autres qui sont plus modestes en terme d’organisation mais avec un parcours tout aussi beau.

beaume-brobie-198x300

montée de Brison

Ces cyclos étant la Classic du Rocher et la Beaume Drobie. La Classic du Rocher est une cyclo de fin Février marquant l’ouverture de la saison sur un parcours dans les alentours de Ruoms. La Beaume Drobie quand à elle propose un dénivelé plus important et un parcours plus sauvage.

Je n’avais pas pris le temps de reconnaitre l’intégralité et ce fut une belle surprise de découvrir ces routes magnifiques qui entourent Valgorge. Certains détracteurs diront que habitant à Largentière, j’aurai du les faire depuis longtemps, mais comme chacun sait, l’hiver a été rude cette année et j’ai évité de partir vers les montagnes où la neige s’est installée plus longtemps que prévu.

Bien qu’étant une cyclo de petite taille, il faut tout de même se placer car les routes du début du parcours sont très étroite et il n’est pas évident de doubler, même si les jambes sont là.

La première difficulté d’entrée de cyclo au km 4 était la montée de Laboule. Cette montée a surtout servit à calmer les ardeurs du peloton car tout le monde y trouvera plus ou moins sa place. Redescente sur Valgorge et direction Rocles pour ensuite monter à Brison.

L’allure du peloton étant plutôt modéré, un courageux douanier décide de sortir pour prendre de l’avance avant la prochaine ascension. Je décide de prendre sa roue et nous voilà partie à une allure plus soutenu. Nous prendrons jusqu’à 40 secondes d’avance. mon compagnon d’échappé ne peut pas me suivre dans cette montée et je reste seul à l’avant jusqu’à la dernière portion de la montée de Brison. Cette petite cavalcade m’a surtout permis de montée à mon train au lieu d’être dans le rouge comme beaucoup ont dû l’être en suivant l’allure de Lionel Genthon (triple vainqueur de l’épreuve).

Nous descendons vers Joyeuse, plat montant vent de face, ça se regroupe. Jean Noël Sarlin décide de s’échapper seul. Compte tenu de la faible allure, il prendra rapidement une avance conséquente. Plus tard, mon coéquipier Lévyn Laville sortira également, dans le but de parvenir à s’accrocher dans la plus grosse difficulté ; le col de Loubaresse. Il y laissera quelques plûmes à cause d’un vent de face sur ses 40km d’échappée. Me voilà avec une excuse toute trouvée pour ne pas rouler.. Lionel Genthon enchaine les attaques, trouvant que le rythme était trop lent pour revenir sur les échappées.

Nous arrivons enfin au pied du col de Loubaresse (19km à 5%) je parviens à rester avec le groupe de tête jusqu’à mi-hauteur puis décroche. Mon coéquipier Raphaël André est dans le même groupe que moi ainsi que Xavier Roumier. C’est ici que Raphaël décide de crever (2 fois en 2 semaines, vraiment pas de chance !) Avec Xavier, nous reprenons Lévyn juste en arrivant à Loubaresse. Ayant pris de l’altitude, le froid ce fait ressentir, il tombe même quelques flocons. Un seul remède: rouler plus fort pour se réchauffer. Nous continuons notre bout de chemin à 3. Dans la descente avant Beaumont, nous sommes repris par Florent Pecatte un bon rouleur/descendeur. Lévyn lache prise peu avant la montée de Beaumont. Xavier impose un rythme très soutenu dans Beaumont que Florent ne peut suivre. Nous reprenons éventuellement quelques cyclistes du groupe de tête qui ne peuvent pas nous accrocher. Je parviens à rester en contact avec Xavier jusqu’au dernier kilometre et je fini avec ce qu’il me reste dans les jambes à la 8eme place. Lévyn termine peu après à la 10eme place.

Devant, Lionel Genthon s’est échappé de la tête de la course peu après le col de Loubaresse, trouvant que l’allure était trop lente pour reprendre Jean Noël Sarlin, toujours échappé en tête. Jean Noël souffre d’une crevaison.., il est repris. Lionel Genthon s’impose seul en tête; Fabien Linossier remporte le sprint pour la 2eme place devant Cédric Paluello et Jean-Luc Chavanon.

Dommage de ne pas avoir pu accrocher la tête de la course et dommage aussi que Raphaël a crevé car c’est un sacré rouleur et il aurait changé la donne en restant dans notre groupe.

Cyclo vraiment très sympa à refaire, encore et encore !

Parcours sur strava

Mar 022013
 

Samedi 23 Février 2013 a eu lieu La Classic du Rocher. C’est une cyclo de 100km pour 1500m de dénivelé; bref, une bonne mise en jambe pour aborder le début de saison.

Météo froide et venteuse, la course s’annonce tout de suite difficile. Si le plat du début de course semble être un bon échauffement, l’allure change radicalement dans la Fontaine de Cade qui s’effectue vent de dos(3.6% sur 3.3km) ; ce qui donne des ailes aux grimpeurs. Étant bien placé en bas de la montée, je parviens – non sans mal – à rester dans le groupe de tête qui doit contenir une 40aine de coureurs, dont 5 coéquipiers de l’UC Aubenas (Jordan Pontal, Raphaël André, Lévyn Chazal-LavilleQuentin Vignal et Colin Duserre). La portion entre la fontaine de Cade et le Razal est une mauvaise route vent de dos qui laisse peu de répits pour récupérer. La montée du Razal (4.6% sur 7km) s’effectue également à une allure très soutenue. Je l’aborde avec méfiance car plus longue que la Fontaine de Cade. Moins bien placé au pied de la montée, j’assiste impuissant au détachement d’un groupe de tête quelques mètres devant moi. En fin d’ascension, je remonte sur 2 coureurs intercalés, on roule à 3 pour rejoindre le groupe qui nous précède à une 20aine de secondes. Cette accélération infortune à la suite de mon relais me laisse seul à une vingtaine de mètres du 2ème groupe. Impossible de rentrer seul sur un groupe qui roule vite pour rejoindre la tête de course. Je me relève, tout est à refaire.

Repris par le 3ème groupe de 8 coureurs, nous nous mettons à rouler avec une bonne entente pour enfin revenir sur le groupe de tête au 47ème kilomètre. Nous sommes alors 32 coureurs. Ce groupe de tête commence à être animé. après 15km de chasse pour revenir sur ce groupe, je ne suis pas en état de participer aux actions. Au bout de 55km, le long des gorges de l’Ardèche, une échappée de ~8 coureurs se forme (dont Jordan, Philippe Moreau et David Polvéroni). Lévyn a également de très bonnes jambes et sort à son tour dans une seconde échappée quelques kilomètres plus tard. Ils formeront alors un groupe de tête. Raphaël, Quentin et moi n’avons alors plus qu’à contrôler et ne pas rouler sur nos coéquipiers. Le retour à Ruoms par les gorges reste très pénible car vent de face. Tout le monde essaie de garder des ressources pour la dernière ascension du Rocher de Sampzon.

Jordan PontalJordan Pontal fait une sortie très audacieuse 15km (de vent de face) avant le Rocher avec dans sa roue Philippe Moreau. ce duo ne sera pas repris. Philippe, plus expérimenté s’adjuge la victoire au sprint. Lévyn Chazal-Laville obtient une très belle 7ème place et Raphaël André fini 17ème. Je parviens à monter le rocher dans de bonnes conditions et fini 23ème. Quentin Vignal 30ème et Colin 49ème. Adrien Janin, un junior 1 prometteur fini 58ème.

C’était donc pour moi la première course de la saison, et surtout, la première course avec le maillot de l’UC Aubenas (mais en fait, il a fait tellement froid que j’ai du garder mon magnifique coupe vent jaune toute la course…). Il se trouve que rouler pour Aubenas est un gros changement pour moi car la dimension de course en équipe prend alors toute sa valeur, particulièrement avec des équipiers aussi talentueux.

Levyn Chazal-Laville Raphael Andre gerome Romey

La course sur strava et raceshape.

Prochain rendez-vous Dimanche 3 Mars pour la course le Grand Prix de Charols (FFC 2/3 Junior)

 

Jan 052013
 

Je viens de passé Noël à Cannes et le jour de l’an à Paris et c’est une belle surprise qui m’attend à mon retour en Ardèche. La température à remarquablement monté depuis que je suis partie. Cette sortie vélo a donc un avant gout de printemps! Le parcours est bien sur sur strava.

 

Grâce à David Bourgeois, entraineur du club d’Aubenas, j’ai maintenant un plan d’entrainement assez précis et il ne s’agit donc pas simplement de faire une balade de plus dans la campagne Ardéchoise, bien que je prenne tout de même le temps de capturer la beauté des paysages.

 

J’ai donc au programme 3 séries de 30 fois 10/10. La côte du Razal se prête bien à ces exercices. C’est d’abord un avant gout des séries d’intervals qui m’attendrons tout au long de l’hiver. J’avoue que ça m’entame quelque peu les jambes mais je ressens surtout la bonne fatigue, celle qui fait progresser.

 

Un petit détour par Balazuc sur le chemin du retour, un village charismatique dont j’avais beaucoup entendu parlé sans avoir eu le temps de m’y rendre. c’est donc chose faite!

Nov 222012
 

Vous devez probablement savoir qu’une nouvelle vie m’attend en Ardèche!

Et oui, après 2 ans passés dans les environs d’Aix en Provence et Marseille, et à la suite de longues réflexions avec Noémie, nous avons décidé de partir nous installer en Ardèche.

Pourquoi l’ardèche?

Ardeche

Et bien tout d’abord, Noémie est Ardéchoise. Ses études terminées, elle s’installe en tant qu’Ostéopathe à Largentière. L’ostéopathie est une profession qui commence à être saturée dans les grandes villes et il est plus facile pour elle de travaillé à la campagne. Elle va donc s’installer à Largentière, tout simplement le village d’où elle est originaire; ce qui est plus pratique pour se faire connaitre. Un centre médicale est sur le point d’y ouvrir, et elle a, d’ores et déjà, son cabinet de réservé. Aussi, comme vous devez le savoir, Noémie et moi sommes des amoureux de la nature, et nous nous trouvons plus à l’aise entourés de verdures et de tranquillité.

Ceci est pour moi plus qu’un déménagement, c’est aussi un grand virage professionnel. En effet, j’ai démissionné de Wyplay, mon entreprise actuel pour pouvoir partir en Ardèche où j’ai l’intention de travailler à mon compte.

Ceci signifie pour moi partir vers l’inconnu car bien que développeur web depuis déjà 6ans, j’ai jusqu’alors toujours travaillé pour une entreprise et jamais été mon propre chef. Ce fut un choix particulièrement difficile dans la conjoncture actuelle qui ne prévoit pas une sortie de crise se si tôt.

Quand?

Mon dernier jour chez Wyplay sera le  Mercredi 28 Novembre et le grand déménagement sera Jeudi 29. Bien sûr, j’aurai quelques occasions de repasser dans la région Marseillaise lorsque Noémie viendra faire des séminaires d’Ostéopathie au courant de l’année.